Elisabeth van Lierop et Tijs Delbeke

Elisabeth van Lierop et Tijs Delbeke, qui êtes-vous et que faites-vous dans la vie de tous les jours ?
« Nous sommes Elisabeth van Lierop, éco-blogueuse, mère et psychologue, et Tijs Delbeke, musicien pour le groupe Balthazar et le projet Warhaus, entre autres. Nous avons trois enfants âgés de 1, 4 et 7 ans. Outre mon blog, j’ai également écrit un livre intitulé Planteneters. Ce livre est rempli de recettes végétaliennes, mais il contient également un aperçu pratique de ce à quoi il faut faire attention pour élever ses enfants de manière entièrement végétalienne. En effet, nous élevons nos trois enfants avec des produits entièrement végétaux ! C’est formidable de voir à quel point ils sont enthousiastes et considèrent que c’est la norme. Pour eux, un poulet n’est qu’un animal, pas un aliment ! »

Elisabeth : « Pour nos enfants, un poulet n’est qu’un animal, pas un aliment ! »


Quel rôle joue l’alimentation végétale dans votre vie ?
Elisabeth : « Je suis devenue végétarienne il y a une vingtaine d’années parce que mon petit ami de l’époque l’était et ne voulait pas m’embrasser si je mangeais de la viande, haha ! Puis j’ai compris que toutes les raisons pour lesquelles je mangeais végétarien, la souffrance animale et l’environnement, s’appliquaient également aux œufs et au lait. J’ai commencé à chercher comment faire, par exemple, des pancakes et des muffins sans produits laitiers. Conclusion : cela s’est très bien passé ! J’ai donc commencé à manger complètement végétalien il y a environ 12 ans. Par la suite, il m’a semblé logique d’étendre cette démarche à mes vêtements, afin d’avoir le moins d’impact possible sur le climat et sur les gens. Je fais de mon mieux pour adopter aussi une approche la plus durable possible dans la vie. »

Tijs : « J’ai fait la transition pour la même raison qu’Elisabeth est devenue un jour végétarienne pour son petit ami, je l’ai fait pour elle ! Avant de la connaître, je faisais partie d’un cercle d’amis où de nombreuses personnes étaient végétariennes ou végétaliennes. En fin de compte, cela m’a aussi aidée à franchir le pas. Autre point positif : Elisabeth connaissait déjà beaucoup de choses et savait cuisiner de très bons plats végétaliens. Cela a rendu la transition beaucoup moins difficile pour moi et c’est rapidement devenu la norme. Je ne peux pas dire qu’il n’y a pas eu de période de transition, car au début, j’avais encore envie de certains produits carnés. Mais au cours des 5 à 10 dernières années, toutes les alternatives ont tellement progressé en termes de goût que cela n’a fait que faciliter les choses ! »

Elisabeth : « De plus, nous nous sentons incroyablement bien en mangeant des aliments d’origine végétale. Non seulement c’est meilleur pour les animaux et l’environnement, mais nous nous sentons aussi plus énergiques que jamais et nous ne sommes jamais malades ! »


Pourquoi voulez-vous vous impliquer comme ambassadeurs de la Semaine Sans Viande ?
Elisabeth : « Nous mangeons tous des aliments végétaux. Nous voulons montrer au reste de la Belgique qu’il est possible de le faire facilement et de manière adaptée pour toute la famille. »

Tijs : « Je pense également qu’il est important de donner une autre réputation à l’alimentation végétale. J’ai l’impression qu’être végétalien est souvent considéré comme quelque chose de réservé aux femmes ou aux hommes très sportifs, mais j’aimerais montrer que cela convient à tout le monde.  »

Elisabeth : « Ce qui nous plaît dans cette campagne, c’est que les gens peuvent réfléchir à la manière dont ils peuvent composer leur assiette différemment pendant une semaine, et ainsi être plus respectueux des animaux et de la planète. Nous sommes heureux qu’il s’agisse d’un projet européen, car manger moins de viande est bien plus qu’un choix individuel. Dans de très nombreuses institutions publiques, il n’y a actuellement pas ou peu d’options végétariennes et végétaliennes. Nous espérons pouvoir donner à ces institutions un coup de pouce dans la bonne direction grâce à la Semaine Sans Viande. »

Tijs : « J’ai l’impression qu’être végétalien est souvent perçu comme quelque chose de réservé aux femmes ou aux hommes très sportifs, mais je voudrais montrer que cela convient à tout le monde. »


Quel est votre meilleur conseil aux novices en matière de réduction de consommation de viande ?
Elisabeth : « Notre conseil est le suivant : amusez-vous ! Goûtez de nouvelles choses, cherchez vos nouvelles recettes familiales préférées et laissez-vous surprendre par les cafés et les restaurants proposant des plats végétaliens. Concentrez-vous sur ce que vous pouvez manger, au lieu de vous plaindre à propos de ce que vous ne pouvez plus manger. Mais ne soyez pas trop dur avec vous-même si vous échouez : on apprend en essayant, et nos papilles gustatives et nos talents de cuisinier ont parfois besoin d’un certain temps pour s’adapter. C’est tout à fait normal ! »

Pouvez-vous nous parler de votre recette végétale préférée ?
Tijs : « Les gâteaux ! Et surtout le gâteau au chocolat du livre Planteneters d’Elisabeth. L’autre jour, lors d’un festival, une personne est venue me voir et m’a dit qu’elle faisait toujours ce gâteau pour les anniversaires sans dire qu’il est végétalien. Ce n’est qu’après que tout le monde a dit à quel point le gâteau est délicieux qu’elle leur dit qu’il est entièrement végétal ! Tout le monde est alors très surpris ; après tout, les gens ont souvent l’impression qu’un gâteau végétalien ne peut être qu’un gâteau aux carottes avec des dattes. »

Elisabeth : « Ce gâteau au chocolat est tellement bon qu’il l’emporte facilement sur les recettes traditionnelles. J’ai moi-même réalisé ce gâteau une dizaine de fois déjà et tout le monde a été enthousiaste à chaque fois. C’est une véritable bombe de chocolat. Il est plein de saveur et bien moelleux. Je prépare toujours un peu trop de mousse au chocolat pour pouvoir en garder un pot de côté et le manger comme ça ! »

Vous voulez aussi préparer le célèbre gâteau au chocolat végétalien d’Elisabeth ? Voici la recette !

 

Le gâteau au chocolat d’Elisabeth

planteneters

Ingrédients 

  • 250 ml de lait végétal 
  • 1 c. à s. de vinaigre de cidre de pomme 
  • 240 g de farine 
  • 120 g de cacao 
  • 300 g de sucre de canne 
  • 1 c. à s. de levure chimique 
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate de soude 
  • Une grosse pincée de sel 
  • 1 c. à s. d’arôme de vanille 
  • 250 ml de café fort et chaud 
  • 180 ml d’huile neutre telle que l’huile de coco ou de tournesol 
  • 100 g de chocolat noir 
  • 200 ml de crème fouettée végétalienne 
  • 2 c. à s. de sucre vanillé 

pour la ganache au chocolat 

  • 50 ml de crème végétale  
  • 75 g de chocolat

Méthode de préparation
1. Mélangez le lait avec le vinaigre et réservez.
2. Mélangez la farine, le cacao, le sucre, la levure chimique, le bicarbonate de soude et le sel.
3. Versez la vanille, le café chaud, l’huile et le lait et mélangez à l’aide d’un fouet pour obtenir une pâte liquide mais homogène.
4. Graissez deux moules à charnière et répartissez la pâte. Si vous n’avez qu’un seul moule à charnière, vous pouvez également faire cuire la pâte en deux fois. Faites cuire pendant 20 à 25 minutes, en fonction de la taille de votre moule, dans un four à 180 °C jusqu’à ce que vous puissiez enfoncer une brochette dans le gâteau et qu’elle en ressorte sèche. Laissez refroidir le gâteau et placez-le, côté plat vers le haut, sur une assiette ou un plat à gâteau.
5. Faites fondre le chocolat au bain-marie ou à faible puissance au micro-ondes, puis laissez-le refroidir légèrement.
6. Fouettez la crème avec le sucre vanillé, puis incorporez le chocolat fondu.
7. Recouvrez le gâteau inférieur d’une épaisse couche de mousse au chocolat et laissez refroidir au réfrigérateur. Ne posez pas la deuxième partie du gâteau sur le dessus tant que la mousse au chocolat n’a pas pris. Vous pouvez également laisser la crème prendre au réfrigérateur avant de l’étaler sur le gâteau.
8. Réalisez une ganache au chocolat en faisant fondre 50 ml de crème végétale et 75 g de chocolat au bain-marie.
9. Versez la ganache sur le gâteau.
10. Vous pouvez également décorer le gâteau avec des framboises, des fraises, des noix hachées, des copeaux de chocolat ou une ganache de chocolat blanc végétalien pour un effet festif supplémentaire. 

Merci Elisabeth van Lierop et Tijs Delbeke !